Electrochoc

59098 copie.png

by Saturne

by Brice B² BEDOUET

C’est pas que tu protestes,

Non pas que tu te dresses, juste là, droit et à l’allure fière,

Mais y’en a, parfois, qui exagèrent.

 

C’est pas que ça te stresse tout ça,

Non pas que ça t’agresse...

Mais y’a un temps pour servir la fourmilière,

Et un pour shooter dedans, le poing en l’air.

 

Tu te perdras toujours en chemin vers l’azure,

Et demain se lèvera, même sans toi, ça c’est sûr...

Prie que ta tête, même encastrée dans leur mur,

Tienne bien, car le prochain sera sûrement bien plus dur…

 

Lève-toi ! Gigote !!

Que ça bouleverse en toi le fond, la forme, de ton espèce,

Ton moi, ta manière de faire,

Et comment ça bout dans tes artères.


 

Lève-toi ! Virevolte !

Que ça te berce, chaque fois que leurs flèches transpercent.

Et que ton moi, ta manière de faire,

Te souffle en avant, le poing en l’air.

 

A toi de trouver ton chemin vers l’azure,

Car demain se lèvera, même sans toi, ça c’est sûr.

Et quand ta tête, fusionnera avec le mur,

Tiens-toi bien, car le prochain sera sûrement bien plus dur…

 

Il viendra de loin l’électrochoc.

Par cette impulse, ce rythme qui t’est propre.

Quelque chose qui, en toi, provoque des myriades de fièvres.

 

A toi de trouver…

Demain ne t’attendra pas même toi, c’est sûr.

A toi de trouver…

Car le prochain sera sûrement bien plus dur.

 

Que ta tête, même encastrée dans le mur, tienne bien…